Décrasse-moi Shu Uemura !



Hey guys !
Je dois vous avouer quelque chose… Je suis une acheteuse cosmétique compulsive. C’est de l’ordre de la pathologie tellement mon armoire de salle de bain déborde de produits, et le pire, c’est que ça ne m’arrête pas ! Si j’ai le malheur de me connecter sur Feelunique.com ou de poser un orteil (ou dix) chez Sephora, il en est fini de moi et de ma pauvre carte bleue. Je pense que si je finis fichée à la Banque de France, je pourrais honnêtement plaider l’addiction.
Du coup, j’ai pris une résolution (certes, au mois de mai mais mieux vaut maintenant que demain) : je n’achète plus rien tant que je n’ai pas fini mes produits précédents.
C’est quand même la loose d’avoir 15 produits redondants entamés en même temps (gâchis, je crie ton nom), et puis, j’ai l’impression que tous ces joyeux mélanges que je fais chaque matin et chaque soir ne sont pas pour rien dans l’état de ma peau. Irritations, boutons, kystes… En ce moment c’est la fête du berk sur mon visage et il est grand temps que je me calme pour me recentrer sur l’essentiel.
Fidèle à cette résolution toute neuve, je viens de me racheter mon huile démaquillante Shu Uemura que j’aime d’amour et que j’ai finie. Oui, moi, celle qui ne finit jamais rien, qui entame et laisse en plan, j’ai fini une bouteille de 300ml d’huile démaquillante !
Ça m’a pris la bagatelle de 9 mois, et pourtant je rempile aussi sec.
A part débouler dans votre salon avec des pompoms et une trompette, je ne pourrais pas assez vous dire combien J’AIME (en langage internet : majuscules = cri) l’huile démaquillante. C’est un produit qui m’a changé la vie (la nana qui a le sens des proportions bien gardées). Passer d’une eau micellaire à de l’huile démaquillante c’est comme découvrir que ça lave mieux quand tu mets une pastille dans le lave-vaisselle : c’est juste évident quand tu compares.
Avant, j’utilisais une pile de cotons tous les soirs (écologie, bonjour!) et à chaque passage le coton était quand même un peu sale, donc je continuais jusqu’à avoir un coton tout propre mais en général je n’y arrivais jamais car ma peau craquait avant (rougeurs, tiraillements, yeux tous fripés et rouges). Sans compter les larmoiements hyper désagréables quand j’avais le malheur d’avoir voulu démaquiller un mascara waterploof (jeu de mot pourri du jour).
En soi, utiliser de l’huile pour se démaquiller ne me serait jamais venu à l’esprit, j’avais encore cette croyance (erronée!) que l’huile est l’ennemi de la peau mixte. Mais à force de voir les youtubeuses beauté et les bloggeuses s’extasier devant les huiles, je me suis lancée.
Et comme je suis snob, je ne me suis pas lancée avec n’importe quel produit, j’ai voulu la Rolls des huiles : Ultime 8 (ultime eight… ultimate… vous voyez où ils veulent en venir ces petits malins?) Skin Purifier Cleansing Oil de Shu Uemura.
Donc acte, j’ai acheté (aïe), j’ai essayé et je me suis pâmée. La douceur de la peau ! L’odeur de l’huile ! Le pouvoir démaquillant sur les yeux ! Les irritations qui plient bagages !
Je reste épatée de la capacité de l’huile à décoller le maquillage même waterproof avec beaucoup de douceur, à éliminer le sébum et les cochoncetés accumulées dans la journée (pollution, métro, et j’en passe) et à redonner de la souplesse et de la lumière à la peau.
Beaucoup de bloggeuses que je suis (et adore!) comme Coline (Et pourquoi pas Coline) utilisent des huiles végétales bio comme celle d’abricot, j’y ai pensé mais je suis rebutée à l’idée du rinçage que j’imagine assez difficile (cf. mes mains que je lave 15 fois après avoir cuisiné à l’huile d’olive). C’est sans doute un a-priori mais je préfère rester fidèle à une huile démaquillante conçue pour être rincée facilement.
Le démaquillage, c’est assez littéralement mon moment de bonheur du soir, quand je retrouve mon visage tout nu et tout doux avant de plonger dans les bras de Morphée (je passe beaucoup de temps avec lui, on est plutôt potes donc je ressens pas trop le besoin de me faire une beauté avant de le voir).

Bref, ce billet pour vous communiquer tout le bien que je pense de cette huile et vous dire que c’est pas demain la veille que je vous reparle démaquillant (à vue de nez, j’en ai pour 5 mois pour finir la bouteille).

PS : les deux bougies – divines – viennent de La Bougie Française.

Sharing is caring :

Leave a Comment